A Sandrine et Charles

Pour leurs vingt ans de mariage

 


Quand on aime, on a toujours 20 ans.

N’est-il  pas, ce vieil adage

Meilleur élixir anti-âge ?

Maintenant,  à la réflexion

Il  peut poser  question.

Vous imaginez des parents

A l’âge de leurs propres enfants !


 

Ici, nous avons tous  20 ans !

Charles et Sandrine, l’ont même deux fois !

L’objet, ce soir, de ces ripailles,

C’est  les 20 ans de leurs épousailles.

 

92 ! Que des années en « ique »

1492 : Colomb découvrait l’Amérique

1792 : La France entrait en République

1992 : Sandrine changeait de nom patronymique

 

Qu’elle était belle, ce 4 juillet,

La petite église de Moussey … 

Et la mariée… pas mal aussi !

Après l’échange des consentements

Les anneaux d’or et les serments

Charles et Sandrine en ressortaient

Mari et femme. Couple parfait !

 

 

Devant parents, famille, amis

Après 5 ans, période d’essai,

Enfin, ils se décidaient

Et  signaient pour un CDI.

 

Quelle joyeuse animation

Dans le jardin du Père tranquille !

Trinquez, buvez et ripaillons !

C’est jour de gloire pour leur idylle.

 

Et la grande teuf qui continue

Dans la salle des fêtes de Buchères.

Sautez bouchons et cotillons !

Sans doute y avons-nous bu cher

Tant les vins étaient bons

 Et le menu, pas si menu !                                    

 

Un lendemain qui chante

Pour nos deux amoureux

Une belle mise en Seine

Sous une pluie battante,

Signe d’un mariage heureux.

 

ls nous l’avaient promis

Dans leur projet de mariage.

Comme  les histoires de prince

Et de jolie princesse,

Nous  faire de beaux enfants.

« … /… Nous ne voulons pas vivre

Seulement une vie de couple,

Mais également faire partager

Notre amour à nos futurs enfants

Que nous sommes pressés d’avoir ».

 

Il est clair aujourd’hui

Qu’ils ont fait bel ouvrage.

L’affaire n’était pas mince,

Mais  ils ont tenu  promesse.

 

En « première », c’est Margaux

La belle, blonde et sauvage

Qui fera des ravages

Dans le cœur des ados.

 

Elle est née sous le Lion,

Parfois petite  panthère,

Mais elle est si mignonne

Que tout le monde lui pardonne.

 

Mais pourquoi ce prénom ?

L’envie de reine  d’une mère

Où bien la révélation

Du fin palais du père ?

L’orthographe en dit long…

 

En second, c’est Hugo.

Un p’tit gars au grand cœur

Qui dû ramer très tôt

Pour s’faire une place, après sa  sœur

 

Il est né sous la Vierge

Et l’influence solaire.

Pour l’influence scolaire,

Quelques coups de tonnerre

Ont fait jaillir l’éclair !

 

Aujourd’hui,  grand garçon

Beau comme un  Apollon,

Ténébreux, solitaire,

Champion  de jeux  en ligne.

Il sait, au nom du père,

Se montrer le digne…

 

Dans leur projet de couple,

Etait aussi question

D’avoir une belle maison,

Pour y loger la troupe…

« … / … Nous voulons également

 Une belle maison, chaleureuse,

 Où nos parents, nos amis

Seront toujours les bienvenus. »

 

Souris et rat des villes

Devaient aimer les champs

Pour qu’après Champs-sur-Marne,

Où ils croquèrent la pomme,

Ils trouvent à Champigny,

Où ils firent leur p’tit homme,

Leur maison d’aujourd’hui,

 

Finalement, paris tenus !

Ce fameux 4 juillet

C’était ticket gagnant !

Et maintenant les enfants,

Vous sentez-vous fins prêts

Pour un nouveau menu ?

 

 

Dans 10 ans ? Pas d’problème,

On reprendra les mêmes

Et on s’retrouve ici !

Le rendez-vous est pris.

 

Peut-être des p’tits enfants

Agrandiront le cercle.

La suite de votre histoire

Est bien sûr à écrire.

 

Restons confiants pour l’avenir.

Ce soir, arrêtons les aiguilles

Et tous en chœur nous vous disons :

 

  

Joyeux anniversaire !

  

 

 

 


 

Vous êtes le 

 

 

ème

 

          visiteur


Vous pouvez : 

 

1. Faire un      commentaire :


 

  Cliquez sur

   le livre d'or

Vous voulez faire un commentaire ? Cliquez sur le livre d'or

2. M'adresser un message :

 

 

Cliquez sur

l'encrier



ven.

23

juin

2017

La pensée du jour

Toute musique qui ne peint rien n'est que du bruit.

[ Jean le Rond d'Alembert ] - Discours préliminaire à l'Encyclopédie

 

mar.

05

nov.

2013

Dicton du jour

L'humour, c'est la politesse du désespoir

7 commentaires

Pour accéder à ma librairie en ligne, cliquez sur le badge ci-contre

Mes livres sur Babelio.com