U

n départ en retraite,

Ce n’est pas anodin !

Bien plus qu’une page qui se tourne,

C’est la fin d’un bouquin.

«Plus belle la vie, professionnelle »

En cent soixante quatre pages.

 

Difficile aujourd’hui

De ne pas être tenté

De r’garder en arrière…

Dans le rétroviseur…

 

Je sais, l’ami Ronald

N’est pas homme de rétro

Et à y réfléchir,

Normal pour un rétro,

Je me demande maint ‘nant

Si son ancienne « Ami »,

Je parle d’son Ami 6,

En était équipée…

 

Personne en attendant,

Quand il rentrait à Troyes

Pressé d’revoir sa belle,

L’a vu regarder d’dans.

 

Pour remonter le temps

L’rétro n’suffira pas.

Plus de quarante années !

40 années…lumière…

C’est d’un bon  télescope

Dont on aura besoin.

 

Pointage obligatoire : Reims,

La ville des origines

Du professeur Roger.

La ville de son  big-bang

Et aussi d’ la … bigband.

 

Au début, l’agneau est solitaire.

L’ancien  de Gambetta,

Formé à la Bonnel

Et à la Versini,

Bac D en ligne de Mir,

Reste souvent cloîtré

Dans sa petite cité

A écouter en boucle

Du Serge Reggiani :

    L’absence, Madame nostalgie, Ma solitude

Que des titres à vous remonter le moral !

 

E

t puis progressivement,

Sans doute attiré

Par l’étoile du berger,

Il intègre un troupeau

Oh ! Un tout petit cheptel

A sa taille, un quatuor

Qui deviendra trio

Auquel, de temps en temps,

Se joindront quelques loups

Ou brebis égarées…

 

En partant  du principe

Que trois cerveaux, bien faits,

Peuvent être complémentaires,

Ensemble,  ils inventeront

Le coapprentissage.

L’un donnera  dans les maths

Et aussi  la chimie,

Le second la botanique

Et la géologie.

Le troisième…  touche à tout

Surtout à la guitare…

Et la formule fonctionne !

 

A l’instar des  Dalton

Ou bien des Pieds Nickelés

Ils sont inséparables

Au point de fréquenter

L’ même centre de formation

En goûtant au passage

A la colocation.

 

Ah ! Cette année mythique

Aurait pu inspirer

Bien des titres de films,

Voire d’émissions télé

Ou des pièces de théâtre…

-          Trois hommes et un coussin (et qui avait le coussin ?)

-          La cuisine au beurre (au beurre breton bien sûr)

-          La leçon de guitare (il n’y avait pas d’piano)

-          Le mystère de la chambre du fond

-          Zone interdite (toujours la chambre du fond)

-          Camping (y’avait déjà le lit de camp)

-          Viens chez moi, j’habite chez des copains I avec dans le rôle principal, le « chef de chez Radar »

-          Viens chez moi, j’habite chez des copains II

Où encore  la célèbre pièce « trois garçons, une fille»  avec France dans le rôle de la fille…

 

Sans conteste pour Ronald,

Reims aura bien été la ville du sacre

 

S

itôt intronisé

Notre très pieu Ronald,

Surtout après 22 heures,

Se cloître à la Chapelle.

Il n’y restera pas.

 

D’abord, le devoir l’appel.

Ce sera Mourmelon

(Tiens, ça m’rappelle  quelque-chose…)

Un an logé, nourri,

Blanchi…  instruit !

Bien sûr, ça ne s’refuse pas.

 

En fait, il s’en s’rait bien passé.

Il n’avait pas attendu

Qu’la République le siffle

Pour bien servir la France…

 

Et puis, La Chapelle, ça va un peu…

Saint Luc est le patron

Des médecins et des peintres

Mais pas des enseignants !

 

Il part aux Jacobins,

Un collège difficile

Mais notre Ronald aime ça.

P’t’être son côté maso ?

Il se bat, il résiste

Cherche à intéresser

Quitte à sortir du cadre

C'est-à-dire des programmes

Et au diable l’inspecteur !

 

Mais dans ce genre d’établissement

Chaque an  passé, ça use

Ça use énormément !

Alors il laisse tomber

Le plat de résistance

Et demande le fromage.

 

Ce sera du Chaource.

Un p’tit  peu trop coulant

Car Ronald s’y ennuie.

Même avec le beau Serge

C’est un peu trop pépère.

 

Puis la part de fromage

Devint d’plus en plus p’tite

Fallut un complément.

Bar-sur-Seine, La Chapelle, Aix en Othe.

Il devient VRP.

 

H

élas, le compteur tourne.

N’avait p’t-être pas d’rétro 

Mais un compteur, ça oui !

D’ailleurs c’est le même que le mien…

 

Ok, ça ne se voit pas

Mais les années sont là.

Et puis devenir palmé

Lui donna des idées :

Si je laissais tomber ?

 

La décision est prise,

De façon radicale.

« Vive les vacances

Plus de pénitence,

Les cahiers au feu

Et le sac au milieu ! »

Il fait le grand ménage.

 

Oh,  soyez rassuré,

Y’va pas déprimer.

Ronald a un plan B.

Il s’est bien préparé.

Jardinage, bûcheronnage,

Les mamelles de la France !

 

Un long apprentissage

Et il devînt expert !

Faut dire qu’il prît des cours

Au prix d’un cassoulet…

 

Il est maint ‘nant un pro,

Le roi d’la bûche cosine,

Breveté SG Gégé.

L’avenir est assuré.

 

Travailler, travailler encore

Mais juste pour le plaisir.

Etre papy à plein temps,

Voyager et rêver,

Prendre soin de son corps

Donner et puis servir…

 

En quittant les pompiers

Il a gardé la flamme.

« Courage et dévouement »

Se dévouer pour les autres

C’est aussi une option

Qu’il envisagerait bien.

 

C

’est la fin d’une carrière,

L’début d’une aventure…

Oh, pas du Koh-Lanta !

Plutôt un peu pépère…

Ménager sa monture

Pour voyager plus loin…

 

Allez Ronald, c’est bon !

Tes supporters sont là !

Presse-toi mais lentement

Et que cette fête ce soir

Soit le prélude

D’une joyeuse retraite !

 

A bientôt dans le même métro !

 

 le 20 juillet 2013

Vous êtes le 

 

 

ème

 

          visiteur


Vous pouvez : 

 

1. Faire un      commentaire :


 

  Cliquez sur

   le livre d'or

Vous voulez faire un commentaire ? Cliquez sur le livre d'or

2. M'adresser un message :

 

 

Cliquez sur

l'encrier



ven.

23

juin

2017

La pensée du jour

Toute musique qui ne peint rien n'est que du bruit.

[ Jean le Rond d'Alembert ] - Discours préliminaire à l'Encyclopédie

 

mar.

05

nov.

2013

Dicton du jour

L'humour, c'est la politesse du désespoir

7 commentaires

Pour accéder à ma librairie en ligne, cliquez sur le badge ci-contre

Mes livres sur Babelio.com