Jean Ferrat à Antraigues
Jean Ferrat à Antraigues

Lettre à Jean Ferrat

Q

uand  sur la place  d’Antraigues

En juillet, je vous vis,

Je n’ai pas pu vous dire...

J’étais au paradis

Mais, las, devenu bègue.

 

Quand, près du jeu de boules,

Une carte m’avez signée,

Je n’ai pas su vous dire …

J’étais là, hébété,

Et comme dev’nu maboul.

 

Pour avoir dénoncé

En musique, par les mots,

Du monde tous les maux,

J’aurais voulu vous dire

Merci, Jean l’engagé.

 

Pour ces vers, ciselés

Dans l’âme des châtaigniers,

Qui chantent dans ma tête,

J’aurais voulu vous dire

Merci, Jean le poète.

 

Merci pour Potemkine,

Camarade, la Commune,

Vos disques de platine,

Votre voix, peu commune …

 

Merci pour Aragon,

Le grand Garcia Lorca,

Les textes et les chansons

Qui ont guidé mes pas.

 

Jean Ferrat, l’Ardéchois,

Maître dans l’art des choix,

Qu’au pays des pierres

Où vous êtes le Saint Jean,

Le bon vieux Lucifer

Vous laisse écrire … longtemps !

 

Et, au bout de votre âge,

Peut-être, vous trouverez

Que vivre est un village

Où avez trop rêvé

 

Pardon pour ces vers sots

Ecrits recto verso.

Vous voir, fut jour de fête

Qui m'a tourné la tête.

Il fallut ces délires

Pour que je puisse... vous dire !

 

Août 2004


Clique

sur la photo

pour l'agrandir

 

Vous êtes le 

 

 

ème

 

          visiteur


Vous pouvez : 

 

1. Faire un      commentaire :


 

  Cliquez sur

   le livre d'or

Vous voulez faire un commentaire ? Cliquez sur le livre d'or

2. M'adresser un message :

 

 

Cliquez sur

l'encrier



ven.

23

juin

2017

La pensée du jour

Toute musique qui ne peint rien n'est que du bruit.

[ Jean le Rond d'Alembert ] - Discours préliminaire à l'Encyclopédie

 

mar.

05

nov.

2013

Dicton du jour

L'humour, c'est la politesse du désespoir

7 commentaires

Pour accéder à ma librairie en ligne, cliquez sur le badge ci-contre

Mes livres sur Babelio.com